Tag

green

Browsing

Steve et Damien travaillent tous les deux au service « Projets Infrastructure » au sein du Groupe CFL. Ici, ils coordonnent des projets innovants tout en veillant, de manière exemplaire, à la préservation de la biodiversité et au respect des engagements du Groupe en matière de développement durable. Venez à la rencontre de ces deux ingénieurs en génie civil qui prêtent une attention particulière au bien-être animal et à la protection de la nature.

Bonjour Steve, quel poste occupes-tu au sein des CFL ?

Steve : Après avoir obtenu mon diplôme d’Ingénieur en Génie Civil en 2003, j’ai commencé à travailler au sein des CFL. Depuis 2017, après avoir occupé le poste de chef de projet pour la mise à double voie entre Pétange et Luxembourg, je suis responsable de la renaturation de la Chiers et de la Mess. Travailler sur un projet de A à Z, c’est ce qui rend la tâche réellement intéressante !

Et toi Damien, tu fais également partie du service « Projets Infrastructure ». Qu’est-ce qui te plaît dans ton travail ?

Damien : Pour ma part, j’apprécie le fait de ne pas être cantonné au seul travail de bureau mais également de me retrouver sur le terrain. Lorsque nous sommes sur un chantier, nous endossons le rôle de gestionnaire de projet en veillant notamment à l’avancement du projet, mais également en nous assurant du fait que nos équipes opèrent en toute sécurité. Au bureau, nous sommes amenés à collaborer avec une multitude de personnes en vue d’obtenir des autorisations par exemple, ou bien d’établir des bilans écologiques, d’étudier les différentes variantes d’un projet ou encore de gérer les budgets… Personnellement, je me concentre principalement sur la nouvelle ligne Luxembourg – Bettembourg. Il s’agit d’un projet important pour lequel il nous faut mettre en œuvre plusieurs mesures compensatoires.

« C’est un travail très diversifié qui propose toujours des challenges intéressants. »

Des mesures compensatoires… de quoi s’agit-il ?

Steve : Ces mesures compensatoires sont indispensables dès lors que nous interférons dans un espace naturel. C’est le cas par exemple lorsque des arbres sont abattus afin de libérer de l’espace dans le cadre de la mise en place d’une nouvelle infrastructure. Dans ce cas précis, l’Administration de la Nature et des Forêts, sous la tutelle du Ministère de l’Environnement propose des mesures visant à compenser l’impact de l’intervention humaine au sein même de cet environnement. Par exemple, en cas de déforestation, une mesure compensatoire consisterait entre autres à planter de nouveaux arbres. En règle générale, les CFL veillent à toujours faire plus que ce qui est proposé, afin de surcompenser en quelque sorte. Je vous donne un autre exemple : lors d’un chantier sur la ligne entre Pétange et Luxembourg à Dippach, nous avons artificiellement dévié le lit de la rivière Chiers. Au terme des travaux, nous avons redirigé une partie de ce même cours d’eau dans son lit d’origine. De la même façon, une renaturation de la Mess entre Bettange et Reckange a été réalisée.

« D’autres mesures de compensation peuvent consister en la revitalisation d’une surface agricole, la mise en place d’une prairie humide…»

Les CFL s’engagent non seulement pour les eaux et les forêts, mais également pour la faune…

Damien : C’est exact ! Du fait de la présence de l’autoroute et de la nouvelle ligne Luxembourg – Bettembourg, une forêt s’est retrouvée scindée en deux. Pour y remédier, nous avons mis en place un passage à faune de 70m de longueur sur 50m de largeur afin de permettre aux animaux sauvages de rejoindre en toute sécurité les deux parties de la forêt. Un passage à faune d’une telle importance, ce n’est pas rien (rires). Cette mesure compensatoire a été réalisée au-dessus de l’autoroute A3 sur un site des Ponts et Chaussées. Toujours dans le cadre du projet de la nouvelle ligne Luxembourg-Bettembourg, nous avons dû déplacer une population de chauves-souris et de muscardins afin de garantir leur sécurité. Nous avons alors installé plusieurs dizaines de nichoirs afin de reloger ces animaux. À Fentange, nous avons délocalisé une population d’amphibiens suite à la “perturbation” d’une mare sur le site de construction.

Steve : Dès que nous nous trouvons dans la situation où l’un de nos chantiers mettrait en péril la faune sauvage, nous le suspendons immédiatement. C’est seulement après avoir mis en place des mesures de protection et de préservation que nous relançons l’activité sur le chantier.

« Une priorité des CFL consiste à garantir que les animaux puissent continuer à vivre en toute sécurité. »

Le Groupe CFL travaille avec différents cabinets d’études spécialisés sur l’environnement. Quel est le but de cette collaboration ?

Steve : Ce sont ces bureaux d’études agréés qui réalisent un bilan écologique, lequel bilan établit à l’aide d’un système par écopoints, l’envergure de la destruction ou de la détérioration du milieu naturel. C’est sur base de ce bilan qu’ils proposent des mesures compensatoires proportionnées. Il faut tout de même souligner que de plus en plus, le Ministère se base sur ces analyses pour déterminer lui-même la nature de la compensation : une taxe lui est versée par le maître d’ouvrage et servira à financer des mesures compensatoires de plus grande envergure partout dans le pays.

Que se passe-t-il avec les projets dès lors qu’ils sont clôturés ?

Damien : Les CFL prennent soin de garantir un suivi des mesures mises en place. Dans ce sens, le service « Maintenance Infrastructure » a embauché une personne responsable de la surveillance et de l’entretien de ces espaces naturels pour les 10 ou 20 années à venir.

« Les CFL prennent soin de garantir un suivi des projets. »

Sur quel aspect de votre travail souhaitez-vous le plus attirer l’attention ?

Damien : Souvent, le public ne voit que la finalité de notre travail, comme la construction de nouveaux murs antibruit ou encore de nouveaux ponts… Néanmoins, le respect de la nature joue un rôle primordial pour les CFL bien en amont, et dès la conceptualisation même de nouveaux projets. C’est durant cette phase que nous veillons toujours à trouver des variantes qui impactent au minimum l’environnement naturel, pour une intégration la plus harmonieuse possible.

Vous aussi, rejoignez une entreprise durable et responsable : les CFL recrutent.

René est responsable de l’équipe « électrique et climatisation ». Après un stage de mécanicien auprès des CFL, il se sentait prêt pour un nouveau challenge qu’il a trouvé dans son emploi actuel : gérer la flotte de bus hybrides et électriques. Aujourd’hui, ces bus – au nombre de 7 – sont encore très largement minoritaires. Néanmoins, le but est de déployer une flotte 100 % électrique d’ici 2030, ce qui induit une transformation importante des métiers et des infrastructures. Partons à la rencontre de René et découvrons-en plus sur cette transition énergétique axée sur la mobilité durable.

Bonjour René, en quoi consiste ton métier ?

Je suis responsable d’une équipe de six électriciens dont je gère le planning et l’activité. Nous intervenons sur tous les bus, qu’ils soient thermiques ou électriques, même si les interventions ne sont pas forcément de même nature en fonction de l’énergie qu’ils utilisent. En tant que chef d’équipe, je suis chargé d’évaluer la gravité de chaque problème qui nous est signalé, pour ensuite dispatcher les missions de réparation aux électriciens de mon équipe. Ces interventions sont assez variées : cela va d’une ampoule défectueuse à un remplacement de freins usés, en passant par une batterie rencontrant un problème technique. À côté de ces réparations, nous effectuons aussi beaucoup d’entretiens préventifs. Avant le printemps par exemple, la climatisation de chaque autobus est contrôlée, et vers la fin de l’été, nous préparons les chauffages afin qu’ils soient opérationnels pour la période hivernale.

Aujourd’hui, la flotte des CFL accueille un peu moins de 10 % de bus hybrides et électriques. Comment les CFL comptent-ils accroître ce taux ?

Le Ministère de la Mobilité et des Travaux publics s’est fixé un objectif ambitieux : il souhaite que tous les transports publics présents sur le territoire, affichent un taux de 0 % d’émissions d’ici 2030. Pour les CFL cela implique concrètement que tous nos autobus fonctionnant aux combustibles fossiles soient remplacés par des véhicules avec des technologies alternatives comme l’électrique par exemple. Cela représente un grand défi pour nous : ces innovations exigent de nouvelles infrastructures et des travailleurs hautement spécialisés dans l’intervention sur ce type de véhicules. Cette transition se met en place à toute vitesse. Cependant, il reste encore un long chemin à parcourir avant de pouvoir déclarer que les véhicules électriques n’ont que des avantages par rapport à leurs homologues diesel.

« En théorie les bus électriques nécessitent moins d’entretien que les bus diesel. Néanmoins, comme il s’agit d’une toute nouvelle technologie, c’est un travail encore assez énergivore pour appréhender toutes les subtilités dues aux innovations. »

Quels sont les points positifs des bus électriques ?

L’avantage majeur de ces véhicules électriques est évidemment qu’ils ne dégagent aucune émission nocive. Si on y ajoute le fait qu’on ne les entend presque pas, c’est très agréable. Surtout dans une ville qui peut être bruyante. Un autre point positif que nous voyons dans cette mutation, c’est que la maintenance sera complètement gérée par les CFL. Actuellement, ce sont majoritairement les constructeurs de bus qui s’en occupent. Le grand objectif de ces prochaines années est de devenir totalement indépendants sur ce sujet, et ça passe par un ensemble de formations destinées au personnel, qui auront lieu prochainement.

Pourquoi ces formations sont-elles essentielles et qui doit les suivre ?

Ces formations visent l’acquisition de toutes les connaissances et des gestes importants pour le travail en haute tension. De plus, nous nous familiarisons avec l’outillage spécifique utilisé pour ces véhicules et nous étudions les procédures à respecter afin de pouvoir travailler en toute sécurité. Toute personne intervenant sur les bus hybrides et électriques doit impérativement suivre ces formations continues. Elles concernent les carrossiers, les mécaniciens, les électriciens et les chauffeurs de bus. La durée d’une formation varie selon les métiers : certaines durent deux à trois jours, d’autres plusieurs semaines. À la fin de chaque session, les participants reçoivent un certificat attestant qu’ils sont aptes à travailler sur des véhicules haute tension.

« Après plusieurs mois d’intervention sur les bus électriques, nous avons répertorié leurs problèmes courants et nous connaissons exactement les procédures à suivre pour les réparer. Notre expérience est notre atout majeur. »

À côté des formations, quels autres défis se présentent au Groupe CFL et ses différents emplois dans le cadre de cette transition vers un avenir « zéro émission » ?

Globalement, la gestion de la flotte des bus hybrides et électriques est totalement différente de celle des bus diesel. La majeure partie de notre travail est réalisée sur ordinateur, ce qui est un grand changement pour nous. Nous devons diagnostiquer les problèmes des bus, ce qui est complexe mais indispensable, mais une fois ces diagnostics posés, nous identifions immédiatement les pannes à résoudre. Toutes ces interventions, je dois les planifier de manière à ce que mon équipe soit dans les meilleures dispositions possibles pour les effectuer en toute sécurité. C’est important que tout le monde travaille consciencieusement et en étant totalement concentré afin d’éviter des accidents graves. Sur des véhicules sous haute tension, on n’a pas le droit à l’erreur.

« Le plus essentiel à mes yeux, c’est la sécurité de nos travailleurs et celle des usagers de nos transports publics. »

Qu’est-ce que la transition énergétique change au niveau des installations d’entretien et de l’outillage spécifique de travail ?

Vu que nous travaillons sur des véhicules haute tension, le matériel a bien sûr été adapté. Ainsi, nous n’utilisons plus les tournevis classiques, mais ceux appropriés à chaque tâche. Après, les changements des batteries sont aussi de plus grande envergure. Vu que les batteries des autobus se trouvent sur leur toit, nous avons besoin de grues afin d’y accéder. Nous avons donc dû adapter nos ateliers puisqu’ils n’étaient pas assez grands. Enfin, afin de pouvoir charger les batteries des véhicules, nous avons reçu des bornes de recharge auxquelles il a aussi fallu faire de la place.

D’où vient toute l’électricité nécessaire aux autobus hybrides et électriques ?

Depuis quelques années, nous sommes en discussion avec CREOS afin d’étudier les options ouvertes sur le site de la gare de Luxembourg. Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il fallait doubler les infrastructures et augmenter la capacité énergétique de l’atelier. C’est assez important, d’autant plus que le parc de véhicules ne va cesser de s’agrandir et qu’il faudra l’alimenter.

Comme René en témoigne, la transition vers une mobilité plus douce et respectueuse de l’environnement représente de nombreux défis et nécessite une évolution des pratiques et des infrastructures. Pour des métiers et des rôles toujours plus passionnants.

Vous aussi, comme René, rejoignez une entreprise durable et responsable : les CFL recrutent.

Le développement durable, c’est l’affaire de tous aux CFL : découvrez dans notre rubrique GREEN d’autres exemples de notre engagement au quotidien.

Répondre aux besoins actuels, sans compromettre l’avenir des générations futures : tel est le grand défi du développement durable. Depuis des années, les CFL ont mis en place une politique ayant pour but d’agir sur leur impact social et environnemental, en travaillant notamment sur l’offre, la qualité, la sécurité, la santé, la bonne gestion des ressources humaines, le respect de l’environnement et, plus généralement, le dialogue. Pour superviser l’ensemble de ces actions, un poste a été créé en 2019. Et c’est Florian qui l’occupe. Il nous fait découvrir sa fonction de Responsable de la Cellule Développement Durable.