Steve et Damien travaillent tous les deux au service « Projets Infrastructure » au sein du Groupe CFL. Ici, ils coordonnent des projets innovants tout en veillant, de manière exemplaire, à la préservation de la biodiversité et au respect des engagements du Groupe en matière de développement durable. Venez à la rencontre de ces deux ingénieurs en génie civil qui prêtent une attention particulière au bien-être animal et à la protection de la nature.

Bonjour Steve, quel poste occupes-tu au sein des CFL ?

Steve : Après avoir obtenu mon diplôme d’Ingénieur en Génie Civil en 2003, j’ai commencé à travailler au sein des CFL. Depuis 2017, après avoir occupé le poste de chef de projet pour la mise à double voie entre Pétange et Luxembourg, je suis responsable de la renaturation de la Chiers et de la Mess. Travailler sur un projet de A à Z, c’est ce qui rend la tâche réellement intéressante !

Et toi Damien, tu fais également partie du service « Projets Infrastructure ». Qu’est-ce qui te plaît dans ton travail ?

Damien : Pour ma part, j’apprécie le fait de ne pas être cantonné au seul travail de bureau mais également de me retrouver sur le terrain. Lorsque nous sommes sur un chantier, nous endossons le rôle de gestionnaire de projet en veillant notamment à l’avancement du projet, mais également en nous assurant du fait que nos équipes opèrent en toute sécurité. Au bureau, nous sommes amenés à collaborer avec une multitude de personnes en vue d’obtenir des autorisations par exemple, ou bien d’établir des bilans écologiques, d’étudier les différentes variantes d’un projet ou encore de gérer les budgets… Personnellement, je me concentre principalement sur la nouvelle ligne Luxembourg – Bettembourg. Il s’agit d’un projet important pour lequel il nous faut mettre en œuvre plusieurs mesures compensatoires.

« C’est un travail très diversifié qui propose toujours des challenges intéressants. »

Des mesures compensatoires… de quoi s’agit-il ?

Steve : Ces mesures compensatoires sont indispensables dès lors que nous interférons dans un espace naturel. C’est le cas par exemple lorsque des arbres sont abattus afin de libérer de l’espace dans le cadre de la mise en place d’une nouvelle infrastructure. Dans ce cas précis, l’Administration de la Nature et des Forêts, sous la tutelle du Ministère de l’Environnement propose des mesures visant à compenser l’impact de l’intervention humaine au sein même de cet environnement. Par exemple, en cas de déforestation, une mesure compensatoire consisterait entre autres à planter de nouveaux arbres. En règle générale, les CFL veillent à toujours faire plus que ce qui est proposé, afin de surcompenser en quelque sorte. Je vous donne un autre exemple : lors d’un chantier sur la ligne entre Pétange et Luxembourg à Dippach, nous avons artificiellement dévié le lit de la rivière Chiers. Au terme des travaux, nous avons redirigé une partie de ce même cours d’eau dans son lit d’origine. De la même façon, une renaturation de la Mess entre Bettange et Reckange a été réalisée.

« D’autres mesures de compensation peuvent consister en la revitalisation d’une surface agricole, la mise en place d’une prairie humide…»

Les CFL s’engagent non seulement pour les eaux et les forêts, mais également pour la faune…

Damien : C’est exact ! Du fait de la présence de l’autoroute et de la nouvelle ligne Luxembourg – Bettembourg, une forêt s’est retrouvée scindée en deux. Pour y remédier, nous avons mis en place un passage à faune de 70m de longueur sur 50m de largeur afin de permettre aux animaux sauvages de rejoindre en toute sécurité les deux parties de la forêt. Un passage à faune d’une telle importance, ce n’est pas rien (rires). Cette mesure compensatoire a été réalisée au-dessus de l’autoroute A3 sur un site des Ponts et Chaussées. Toujours dans le cadre du projet de la nouvelle ligne Luxembourg-Bettembourg, nous avons dû déplacer une population de chauves-souris et de muscardins afin de garantir leur sécurité. Nous avons alors installé plusieurs dizaines de nichoirs afin de reloger ces animaux. À Fentange, nous avons délocalisé une population d’amphibiens suite à la “perturbation” d’une mare sur le site de construction.

Steve : Dès que nous nous trouvons dans la situation où l’un de nos chantiers mettrait en péril la faune sauvage, nous le suspendons immédiatement. C’est seulement après avoir mis en place des mesures de protection et de préservation que nous relançons l’activité sur le chantier.

« Une priorité des CFL consiste à garantir que les animaux puissent continuer à vivre en toute sécurité. »

Le Groupe CFL travaille avec différents cabinets d’études spécialisés sur l’environnement. Quel est le but de cette collaboration ?

Steve : Ce sont ces bureaux d’études agréés qui réalisent un bilan écologique, lequel bilan établit à l’aide d’un système par écopoints, l’envergure de la destruction ou de la détérioration du milieu naturel. C’est sur base de ce bilan qu’ils proposent des mesures compensatoires proportionnées. Il faut tout de même souligner que de plus en plus, le Ministère se base sur ces analyses pour déterminer lui-même la nature de la compensation : une taxe lui est versée par le maître d’ouvrage et servira à financer des mesures compensatoires de plus grande envergure partout dans le pays.

Que se passe-t-il avec les projets dès lors qu’ils sont clôturés ?

Damien : Les CFL prennent soin de garantir un suivi des mesures mises en place. Dans ce sens, le service « Maintenance Infrastructure » a embauché une personne responsable de la surveillance et de l’entretien de ces espaces naturels pour les 10 ou 20 années à venir.

« Les CFL prennent soin de garantir un suivi des projets. »

Sur quel aspect de votre travail souhaitez-vous le plus attirer l’attention ?

Damien : Souvent, le public ne voit que la finalité de notre travail, comme la construction de nouveaux murs antibruit ou encore de nouveaux ponts… Néanmoins, le respect de la nature joue un rôle primordial pour les CFL bien en amont, et dès la conceptualisation même de nouveaux projets. C’est durant cette phase que nous veillons toujours à trouver des variantes qui impactent au minimum l’environnement naturel, pour une intégration la plus harmonieuse possible.

Vous aussi, rejoignez une entreprise durable et responsable : les CFL recrutent.

Author

Comments are closed.